Designer Web - Ma réponse à une enquête métier

Quelles sont les différentes tâches à accomplir (détaillez) que fait régulièrement le titulaire d’un tel poste ? (activités exercées, matériels, machines utilisées) ?

Stéphane Arrami : Le métier de designer web est pluriel, de plus en plus vaste. Il concerne de nombreux domaines d’activité ce qui conduit à de nombreuses spécialisations : motion designer, intégrateur web, ui designer (qui concentre sur les aspects visuels), l’ux designer (ergonomie, design d’interactions), le graphiste web…

Un Designer Web est chargé principalement de mettre en valeur un site Web, une application mobile et de lui donner une identité visuelle.

Différentes missions lui sont confiées, comme par exemple l’élaboration de modèles de pages (définitions des zones, squelettes ou wireframes), des storyboard de site web en lien avec l’expérience utilisateur, la refonte graphique d’un site, la création de newsletter attrayantes, l’adaptation d’un thème (la partie visuelle codée et organisée d’un site web), l’élaboration de visuels pour des campagnes de communication (réseaux sociaux, illustration d’articles, publicités animées), la veille sur les tendances actuelles du marché (planches d’étude de la concurrence), la participation à l’élaboration de charte graphique, à des réunions de brainstorming pour trouver des idées avec le directeur artistique, les graphistes, les développeurs ou le client en direct, de même que la déclinaison de la charte graphique sur des pages web ou interfaces sur mobile.

Il lui est de plus en plus demandé de savoir créer des clips vidéo d’entreprise (montages, publication pour le web et réseaux sociaux), des animations avec After Effects ou par le code (web immersif).

Le Designer Web peut travailler dans un environnement Mac ou Pc, utilisant généralement les logiciels de la Suite de logiciels Adobe, ou plus récemment Affinity plus économiques.

Que faut-il savoir (connaissances indispensables) ? Que doit-être maîtrisé techniquement. De quoi faut-il être capable ?

Un bon designer doit être capable de monter une page Web sans utiliser des générateurs de sites ou logiciels framework de type WordPress. Il doit connaître le Html5, les CSS et avoir des notions de Javascript, Jquery, Bootstrap, un bon niveau sur Photoshop et Illustrator.

Il lui est demandé de savoir reproduire une maquette en code rapidement, de maîtriser les feuilles de style Css de troisième génération : Flexbox, CSS Grid et de savoir rapidement adapter un créer un site en Responsive Design (adaptable pour les différents écrans).

Il lui est indispensable de connaître les normes du web et pour cela de faire une veille constante.

Les aptitudes indispensables : talent pour la conception, activités artistiques, relationnel, habilité technique.

Quels sont les inconvénients, les difficultés, les contraintes auxquels vous êtes confronté ?

Le métier demande de savoir gérer son temps, d’être original et savoir être force de proposition. Se renouveler, développer un sens esthétique sont ses contraintes majeures tout comme la gestion des délais et de savoir travailler dans l’urgence.

Il arrive fréquemment que l’on vous demande d’intervenir sur un thème graphique déjà fabriqué. Vous aurez à vous adapter et  trouver des solutions d’amélioration ou de substitution très rapidement.

Un fort sens d’organisation est souhaitable. D’ailleurs un webdesigner efficace est celui qui sait créer des composants graphiques, c’est à dire des bouts de codes réutilisables, archiver ses bibliothèques de codes récupérés sur Git ou CodePen par exemple.

Un designer web doit se mettre à jour en infographie, anticiper les prochaines tendances graphiques et doit connaître les langages de développement pour les interfaces.

Les exigences clients sont plus fortes aujourd’hui : les délais sont plus courts, les usines à sites, les tâches répétitives peuvent lasser. C’est le cas dans certaines agences qui font l’impasse sur toute la démarche de réflexion et gestion de projet ce qui est le plus intéressant dans ce métier.

Conditions de travail : horaires, rythme, déplacements, posture, nuisances éventuelles … ?
Et exigences physiques : bonne vue, résistance physique, présentation soignée, allergies…)

Le métier offre une certaine liberté et souplesse dans ses horaires, son rythme de travail. Les conditions de travail dépendent beaucoup du statut : salarié, freelance. Pour le freelance souvent avec plusieurs casquettes (graphiste, développeur, webmarketeur…) le travail déborde sur les heures de travail et le week-end.

Un webdesigner passe l’essentiel de son temps devant son ordinateur.

L’aménagement des temps de pause, de loisirs extérieurs sont essentiels.

Le quotidien du webdesigner est ponctué de réunions, d’auto-formation, de debriefs avec les clients.

Le look du webdesigner doit être soigné et fun (jean, tee-shirt personnalisé sans leds qui clignotent :) ). Ce soin apporté à l’image dépend des codes de l’entreprise où l’essentiel est de casser la “routine psychologique”, n’oublions pas que nous travaillons dans les métiers de la communication.

Quels sont les critères de recrutement ? Y a t’il une formation à privilégier, un diplôme (si oui lequel) ? Un niveau d’expérience professionnelle ?

Je recommande d’utiliser LinkedIn Jobs et Glassdoor le site d’avis des employés sur leur entreprise, Kob-one Jobs spécialisé dans ce secteur pour décrypter les critères de recrutement. Pour résumer, il est souvent demandé une formation Bac+ 2 ou Bac + 3 en lien avec le graphisme, le multimédia, le webmastering et plus de certifications si vous travaillez sur des aspects pointus d’UX et UI.

Vous serez recruté en fonction de votre créativité (d’où l’importance d’un portfolio en ligne, vous y montrez les différents univers graphiques où vous évoluez ), aussi selon votre réactivité. Vous serez évalués sur votre sens du détail bien plus que sur les aspects techniques à moins que n’ayiez développé une expertise particulière (annonce récente chez Smile front-end Magento par exemple).

Des formations diplômantes sont à privilégier : Titre Professionnel Designer Web, un BTS de communication visuelle, ou design graphique option multimédia,  puis dans un second temps des Masters spécialisés tels que le CIM de l’Université Lyon 2 (mon cursus initial) qui forme des développeurs front-ends, des webdesigners, des motions designers ou encore le Master Multimédia UFR STGI de Franche-Comté, etc.

Si vous avez une expérience de recrutement sur ce type de poste (salariés ou stagiaires), pouvez vous me conseiller un centre de formation ?

E ce qui concerne Lyon je recommanderai les établissement suivants :

Le Centre Technique d’Infographie à Lyon (en lien, une liste des anciens élèves aujourd’hui en poste avec leur entreprise respective via LinkedIn), E-artsup, Instic

Effectuez une recherche sur le site du CARIF et vous trouverez plus de 60 formations qui correspondent à la recherche “Designer Web Lyon”.

Trouve-t-on actuellement du travail dans ce type de poste ? et dans l’avenir ?

Si vous maîtrisez les outils de création en ligne, que vous avez une bonne sensibilité visuelle, un excellent relationnel, que vous vous intéressez de près à  l’UX vous aurez un avenir certain dans ce métier. La palette des nouveaux métiers ne cesse de s’enrichir comme les nombreuses opportunités d’évolution vers des métiers du marketing digital par exemple, des applications mobiles...

Chaque année, Pôle emploi publie une enquête intitulée « Besoins en Main d’Œuvre des entreprise » (BMO) où il ressort une difficulté à recruter en 2018 dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes (63,6 %) et 8000 projets de recrutement dans le secteur de la communication.

Les spécialités recherchées sont par ordre d’importance les suivantes :

  • UX Designer (squelette du site) est considéré comme l’un des métiers les plus prometteurs
  • Designer d’interfaces (UI)
  • Designer d’interactions (objets connectés, applications logicielles)

S’il y a beaucoup d’offres d’emploi, est-ce parce que le secteur est en plein développement ou parce que les salariés de ce secteur en ont assez au bout de 2 ou 3 ans ?

Le secteur est toujours en développement en lien direct avec les emplois du numérique, la transformation digitale de la société.  A noter que les besoins des acteurs locaux sont de plus en plus spécifiques : ils recherchent des profils de designers formés par des partenaires de formation en priorité sensibles à leur demande. La mobilité inter-entreprises est très forte pour gagner en compétences non par lassitude.

Quand votre entreprise recherche quelqu’un comment fait-elle ? Publie-t-elle des offres sur le site de Pôle Emploi ou sur d’autres sites ? S’adresse-t-elle directement aux écoles, aux centres de formation ? Privilégie-t-elle les relations personnelles de ses salariés ? Attend-elle des candidatures spontanées ?

Le recrutement se fait par le biais du réseau et relations personnelles des salariés (ateliers de l’association Bricodeurs Lyon et le réseau social Slack https://bricodeurs.slack.com/messages, coworkers,...).

Une agence web logiquement a déjà préparé son terrain de recrutement et travaille son e-reputation, en utilisant par exemple ce type de plateforme en ligne utile pour attirer vers elle les bons candidats. (ex. ChooseMyCompany)

Si pendant ma formation un stage en entreprise est nécessaire, pourra-t-il se dérouler dans votre entreprise ?

Je suis sollicité par des candidatures spontanées. Citywizz Communications ne prend pas actuellement de stagiaires.

Lyon 28 août 2018